Début 2020, le monde entier a subi de plein fouet sa première pandémie en près d’un siècle et plus d’un an après, on a appris beaucoup de choses sur le SARS-CoV-2 et ses variants, notamment sur son mode de transmission.

L’une des questions qui se sont posées assez rapidement concerne la capacité des différents variants de ce virus particulier à survivre sur les surfaces et à infecter quelqu’un par contact et il n’a pas été facile d’y répondre. En effet, le SARS-CoV-2 est un coronavirus, son matériel génétique est protégé par une enveloppe de protéines et de lipides. Cette enveloppe n’est bien entendu pas indestructible, elle se dégrade en fait relativement rapidement notamment au contact de produits nettoyants ou si la température ambiante est élevée, cependant des études ont montré que la résistance des coronavirus variait en fonction des matériaux sur lesquels ils se posaient.

Une étude (1) publiée en février 2020 montre que les coronavirus peuvent rester viables entre deux heures et six jours à température ambiante (c’est-à-dire inférieure à 30 °C). Notamment, la viabilité du matériel viral a été observée après cinq jours sur de l’inox ou du verre et entre deux et six jours sur du plastique.

Une seconde étude (2) publiée en 2020 dans le New England Journal of Medecine a montré, cependant, qu’à température ambiante (entre 21 °C et 23 °C à 40 % d’humidité), la charge virale, c’est-à-dire la quantité de virus, diminuait fortement au bout de trois jours sur le plastique et deux jours sur l’inox.

Le plastique et l’acier inox constituent en tout état de cause les matériaux sur lesquels le SARS-CoV-2 a les meilleures chances de survivre. Malgré tout cela, la transmissibilité à l’homme demeure un sujet d’étude et en l’état actuel des connaissances cette forme d’infection apparait bien moins fréquente que la transmission par les aérosols. Elle ne doit pas être négligée pour autant et il convient de rappeler que le nettoyage régulier des surfaces dans les lieux publics et dans les environnements professionnels constitue avec l’aération des locaux et le port du masque (lequel bloque une très grande partie des aérosols expirés), une des mesures les plus efficaces pour éviter la propagation.

Ceci est d’autant plus vrai que les produits d’entretien habituels sont particulièrement efficaces pour détruire l’enveloppe protectrice des coronavirus. Réduire le délai entre le nettoyage de ces surfaces est certainement à ne pas négliger et une habitude à garder pendant encore un moment.

Un nettoyage efficace contre le Covid.

Un nettoyage efficace des surfaces se fait avec un premier passage à l’eau savonnée suivi d’un second passage avec de l’eau de javel ou bien avec de l’alcool à 70 % ou plus, sous forme pure ou dans un produit désinfectant. Les lingettes nettoyantes sont pratiques, mais il convient cependant de vérifier qu’elles contiennent une solution désinfectante ce qui n’est pas toujours le cas?! De plus, elles ne doivent jamais être jetées dans les toilettes, mais dans la poubelle des déchets non recyclés. Finalement, ce n’est pas non plus la solution de nettoyage la moins chère et pour de grandes surfaces, il est préférable de s’en tenir à la première méthode.

Messerli dispose des produits et des techniques adaptées à une désinfection efficace contre le virus du Covid, n’hésitez pas à nous contacter pour en parler avec nous.

(1) Kampf G, Todt D, Pfaender S, Steinmann E. Persistence of coronaviruses on inanimate surfaces and its inactivation with biocidal agents. 06/02/2000. J Hosp Infect. DOI :
10.1016/j.jhin.2020.01.022.

(2) Neeltje van Doremalen et al., 2020. Aerosol and surface stability of HCoV-19 (SARS-CoV-2) compared to SARS-CoV-1. 24/03/2020. N Engl J Med. DOI: 10.1056/NEJMc2004973.